Quel alcool utiliser pour alcoolature / teinture mère ?

Quand on parle d’une extraction alcoolique, il s’agit d’extraire les composés d’une plante à l’aide de l’alcool qui suivant sa concentration va éclater les parois cellulaires végétales pour en extraire les composés (sels minéraux, composés aromatiques, vitamines, sucres, chlorophylle…).

Dans ce cas de figure il agit comme extracteur.

On peut aussi utiliser de l’alcool comme conservateur, c’est le cas pour les fleurs de Bach ou les extrait de bourgeons par exemple, à partir d’une certaine concentration en alcool le milieu ne permet plus le développement d’agents pathogènes (bactéries, virus, champignons…), l’alcool reste une solution de désinfection universelle.

Dans le cas d’une préparation médicinale quel alcool faut-il privilégier ?

Vous trouverez de nombreuses recettes vous indiquant d’utiliser de la vodka, d’une part car son titre de 40° permet de l’utiliser de manière universelle mais aussi car son odeur et goût est assez neutre dans une préparation et n’altère pas la préparation. Je ne partage pas forcément le choix de la vodka et je vais vous expliquer pourquoi.

Origine de l’alcool :

C’est pour moi le point principal, pour éviter de porter un message divergent à la préparation il est bon de ne pas brouiller le message avec d’autres plantes ayant servies à la réalisation de l’alcool.

La vodka est assez difficile à tracer, aujourd’hui elle peut être produite à base de : pommes de terre, betteraves, châtaignes, sucre, riz, blé, amidon, pommes, poires, cerises…. Il est donc impossible de savoir l’origine de l’alcool ce qui peut être problématique (je ne mettrai pas d’alcool à base d’amidon dans des préparations de type alcoolature pour certaines plantes assez subtiles énergétiquement : ex. menthes).

D’autres recettes vous recommandent d’utiliser des alcools de fruits à pépin et d’éviter ceux à noyaux, cette approche est globalement un meilleur choix que la vodka, les fruits à pépin sont plus proches des plantes médicinales (voir paragraphe suivant) que celles à noyau. Dans cette catégorie vous trouverez des alcools comme la pomme, la poire, raisin, coing pour les principales.

Les travaux spagyriques qui utilisent l’alcool comme fixateur du Mercure spagyrique nous indiquent que l’alcool d’extraction idéal est un alcool issu de la vigne, j’en expliquerai la raison dans un autre article, mais vous pouvez considérer la vigne et l’alcool qui en est produit, comme un alcool universel pour le règne végétal, l’idéal pour une préparation galénique herboriste.

 Ou vous fournir ?

Trouver un alcool de vigne est assez facile, par exemple vous trouverez facilement de la Grappa (idéalement en Bio), son odeur est neutre et l’extraction sera idéale.
La grappa est un alcool issu de la distillation des marcs de raisin (ce qui reste du pressage : peau, pépin…).

Vous trouverez aussi en France de l’alcool de marc (sous le nom « eau de vie de marc ») à différents degrés.

Dans l’idéal trouvez un petit producteur et procurez vous un alcool de vin à 40° (Grappa par exemple) et un autre titrant vers 70° alcool de marc (quasiment introuvable aujourd’hui dans le commerce de masse).

De la Grappa peut suffire, mais pour certaines plantes l’extraction ne sera pas totale car le taux d’alcool de 40° sera un peu juste, mais en étant patient et en laissant plus de temps à l’extraction cela fonctionnera aussi.

Vous pourrez même désinfecter votre verrerie, votre paillasse et vos mains avec de la Grappa.

 Titrage ?

On parle de degré d’alcool, c’est la proportion d’alcool dans votre liquide.

C’est le rapport entre l’éthanol (volume d’alcool) et l’eau (à température de 20°C), un alcool de bouche à 40° contient 40% d’éthanol et 60% d’eau.

Si vous entendez parler d’alcool absolu (100% d’éthanol) par exemple dans des préparations spagyriques, sachez qu’il n’est pas possible de le maintenir dans des conditions normales à ce degré d’alcool, il faut un équipement spécifique de laboratoire.
L’équilibre naturel d’un alcool (c’est-à-dire bouchon ouvert, ne dépassera pas 95° environ).

 Qualité

N’utilisez pas d’alcool pharmaceutique ou d’alcool ménager ou encore d’alcool à bruler, ils contiennent d’autres composants, comme du camphre, de la pyridine, du méthanol (pour justement les rendre impropre à la fabrication d’alcools maison).

Privilégiez un alcool local d’un petit producteur, la provenance du marc de raisin doit être bio dans l’idéal (même si les molécules de désherbant semblent rester dans le réservoir de l’alambic, leur température de changement d’état étant plus élevé que celui de la vapeur, le message énergétique laissé à l’alcool est du coup un peu faible).

Donc n’hésitez pas à remplacer la Vodka par une Grappa dans l’immédiat, cela augmentera la qualité d’extraction de vos préparations et celle de leur conservation.

Valériane

Valériane
Author: Valériane

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *