Baume, onguent, lotion et crème ?

Tout d’abord l’onguent, il s’agit d’un macérat huileux de plante (macérat solaire, extraction alcoolique / huileuse, macérat à chaud…), ce macérat huileux est mélangé en la chauffant légèrement avec de la cire d’abeille. En général la proportion de cire d’abeille est de 5 à10g de cire pour 100ml de macérat huileux. Quelques gouttes d’huile essentielles peuvent être ajoutées avant la prise de l’onguent (moins d’une dizaine pour 100ml) pour la conservation ou potentialisation de cet onguent (par exemple dans un onguent de millepertuis quelques gouttes d’huile essentielle de millepertuis vont encore renforcer son effet).

Chaque macérat huileux en fonction de la plante va tout d’abord protéger la peau et diffuser progressivement au niveau de la peau, c’est donc une action localisée, son mode d’action est doux et peut être utilisé régulièrement (massage, soin de la peau…).

Les plantes les plus connues sont : le plantain, le millepertuis, l’achillée millefeuille, la consoude, le calendula, mais vous pouvez bien entendu en fabriquer d’autres suivant vos envies.

Dans le cas d’un baume, la recette de base est la même mais l’ajout d’huiles essentielles (ou composé aromatique comme le menthol) en quantité plus importante est fréquent (jusqu’à 10%).

Un baume est donc beaucoup plus concentré qu’un onguent et de ce fait plus spécifique en usage (attention aux muqueuses ou aux réactions cutanées). Il va être du coup plus orienté pour un usage spécifique et urgence que l’onguent (dans le cas de piqure d’insectes, hématome…).

Une crème est une émulsion, généralement d’un macérat de plante et d’une base aqueuse (eau ou hydrolat), la grande différence avec un onguent ou baume est l’absence d’eau pour ces derniers. La crème va pénétrer la peau plus rapidement la ou un onguent restera en surface. L’action d’une crème est donc plus rapide mais moins protectrice.

En outre la présence d’eau rend la conservation d’une crème très courte, le risque de contamination de la préparation est plus important. Il est possible d’utiliser de l’argent colloïdal, des hydrolats et des huiles essentielles pour améliorer la conservation et l’effet d’une crème. Enfin pour conserver une structure crémeuse il est aussi nécessaire d’ajouter un émulsifiant (issu du soja par exemple).

Enfin une lotion est très proche d’une crème, mais sa part aqueuse est encore plus importante pour être encore plus fluide.

Personnellement je recommande les onguents, simple à réaliser, avec une longue conservation et surtout le message de la plante n’est pas perturbé par de nombreux autres ingrédients et va donc se concentrer sur l’essentiel.

L’usage d’huiles essentielle de manière importante dans un baume le destine à une action coup de choc et ne devra pas être utilisé régulièrement.

Enfin personnellement, étant adepte de la simplification je trouve qu’un « simple » hydrolat de plante est plus profitable qu’une crème ou une lotion, mais cela fera l’objet d’un autre article.

Valeriane

Valériane
Author: Valériane

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *